25 juillet 2016

Quel encadrement choisir pour ses photos d’art ?

 

Vue d'une exposition à la galerie Polka, Paris

 

Vous venez d’acheter une photographie d’art et vous souhaitez choisir un encadrement adapté ? Artistics tente de vous aider en vous présentant trois solutions différentes : le cadre sous verre, la caisse américaine et le contrecollage. Choisissez ainsi ce qui convient le mieux à votre œuvre d’art pour être sûr de la sublimer.

 

L’encadrement sous verre

 


Encadrement sous verre de deux photos avec passe-partout; source: Olivier Desclos, photographe

 

C’est ce type d’encadrement qui protégera au mieux votre tirage de la poussière. 

Pour les petits et les moyens formats on trouve dans le commerce beaucoup de cadres de dimensions standards, mais il faut choisir celui qui s’adaptera élégamment à votre œuvre et à l’ameublement de la pièce qui accueillera la photo.

Un encadrement sous verre est habituellement composé des éléments suivants :

- Une baguette en bois ou en aluminium : sa largeur (entre 1,5 et 5 cm) peut varier en fonction des dimensions de la photo. En ce qui concerne les couleurs, le noir convient à la plupart des photos, mais le choix est souvent lié à vos goûts et à l’environnement de la pièce dans laquelle sera accrochée la photo.
- Un passe-partout (appelé aussi ‘’marie-louise’’) : il s’agit d’une pièce en carton ou en papier épais de couleur clair qui vient se placer entre l’œuvre et la baguette. Cette bordure permet de protéger l’œuvre d’un contact direct avec le verre ou la baguette et assure en même temps une fonction décorative.
- Un dos avec une accroche permettant d’accrocher le cadre au mur avec un clou, ou un « crochet X » pour les grands formats.
- Un vitrage en verre ou en plexiglas : le plexiglas est normalement utilisé au-delà du format 40x50 cm afin de réduire la lourdeur et le risque de casse de l’encadrement au cours d’un transport.


Photos de Gina Soden avec encadrement sous verre et baquette en bois blanc


Pour les photos d’art qui seront accrochées en face d’une source de lumière naturelle (fenêtres, portes…) ou artificielle (spots, plafonniers, lampadaires) nous vous suggérons d’utiliser un verre antireflet. Le traitement antireflet sur la surface du verre permet de diminuer la part de lumière réfléchie et rend ainsi le verre « invisible » aux yeux. Cette solution est plus coûteuse mais bien plus valorisante pour votre œuvre d’art.


Le contrecollage

 


Une photo de Matthieu Venot contrecollée sur aluminium avec châssis dorsal


Le contrecollage est un système qui n’implique ni cadre, ni verre. Il permet de présenter un tirage photographique sur un support rigide facile à accrocher au mur.

Ce processus ne peut être réalisé que par des professionnels (laboratoire photo ou encadreur). Une fois sorti, le tirage est contrecollé sur un support rigide : soit une plaque d’aluminium (de 1 à 3mm), soit sur du Dibond (matériau composite plus léger que l’aluminium). Dans le même registre, il est possible aussi d’opter pour une finition Diasec. Dans ce cas-là, le tirage photo est pris entre deux couches de plexiglass (de 4 mm chacune environ), cette transparence des matériaux donne un aspect beaucoup plus brillant à votre photographie.

 

Contrecollage sur Dibond (haut) et sur Diasec (bas), source: Lumas

 

Il vous faut ensuite choisir un système d’accroche. Il est possible d’ajouter au dos de ces supports rigides soit de simples crochets, permettant ainsi de suspendre le tout à des clous (ou crochets X), ou bien un châssis en aluminium qui donnera un aspect plus rigide au contrecollage et permettra surtout de l’écarter du mur de quelques centimètres pour un rendu plus qualitatif (le châssis se suspend également à des clous ou crochets).


La caisse américaine


Caisse américaine en chêne et en bois noir, sources: Ma Belle Photo et Artdeqo

 

La caisse américaine représente la solution la plus utilisée par les galeries d’art et vous permettra de mettre en valeur votre photo de façon sobre et élégante.

Cette solution d’encadrement implique que le tirage soit d’abord contrecollé sur un support (comme évoqué plus haut). Le tout vient ensuite s’insérer dans cet encadrement qui dispose d’un fond (appelé « caisse américaine ») dont la spécificité réside dans le fait que le tirage contrecollé ne touche ni le fond, ni les bords de la baguette. Il semble flotter à l’intérieur du cadre de façon très esthétique.


Détail d'une caissse américaine, source: Mickaël Bonnami, photographe


Les finitions de ce type d’encadrement, matériau et couleur, sont ici aussi à choisir en fonction de vos goûts.


Pour résumer :

Si vous voulez une solution simple et peu coûteuse optez pour l’encadrement sous verre : il protégera très bien votre photo et vous pourrez en trouver facilement dans le commerce pour des formats standards. Faites cependant attention aux reflets de la lumière sur le verre (que vous pouvez éviter en optant pour un verre antireflet).

Si vous souhaitez une solution plus contemporaine optez plutôt pour le contrecollage : cette solution s’adapte à tous les formats et reste raisonnable en termes de prix. Le bémol de ce type d’encadrement est que le tirage n’est pas protégé (à moins d’opter pour le Diasec) il faut donc faire attention en le manipulant.
 

Si vous voulez une solution de qualité proche de ce que l’on peut voir dans les galeries d’art et que vous n’avez pas peur d’y mettre le prix optez pour la caisse américaine.
Pour un travail soigné, nous vous recommandons bien entendu de faire appel à un encadreur professionnel. N'hésitez pas à demander conseil au galeriste chez lequel vous achetez le tirage d'art, il saura vous orienter vers un atelier près de chez vous.

Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à nous contacter.
Pour visiter notre galerie en ligne et découvrir plus de photographies d'art clicquez ici

Remonter