L'absence est présence : Images désertées

26 août 2021

Nombreuses sont les œuvres figuratives dans lesquelles ne figurent aucune présence humaine. Paysages naturels ou urbains, vues d’architectures intérieures ou extérieures, on ne compte plus les images au centre desquelles l’humain est le grand absent. Toutefois, l’Homme s’y devine, ne fut-ce qu’à travers le point de vue de l’artiste qui les signe.

Nous présentons ici une sélection d’œuvres qui interrogent la perception à plusieurs égards, car s’il est vrai que le monde n’existe qu’à travers les sens, l’humain peut recréer des mondes en son esprit. Ces mondes inhabitables convoqués par l’intellect ne sont pas pour autant inaccessibles, et sont de ceux dans lesquels on s’immerge dans l’art. Ces « mondes de l’art » qui peuplent les œuvres, s’ils sont déserts, portent en eux la trace négative d’une présence humaine qui habite les lieux par son absence, et il arrive d’ailleurs que l’absence humaine constitue à elle seule l’intérêt esthétique qui anime ces mondes.

Joachim Van der Vlugt est un peintre contemporain hollandais très influencé par la peinture classique des maîtres hollandais. Véritable confrontation entre abstraction et figuration, ses paysages naturels semblent être des images de rêves. Grâce à une technique classique de peinture à l’huile, il crée des effets de transparence et superposent éléments naturels et figures géométriques abstraites. La natures hybrides de ces images confèrent déjà une aura d’irréalité à ses œuvres, impression appuyée par l’absence de toute présence humaine. Pour autant, l’humanité se devinent derrière la grande sensibilité qui se dégage de ces œuvres.

Admist in thunder, Joachim van der Vlugt

L’absence humaine est notamment rendue présence par le geste de l’artiste mais également par les objets qui figurent dans les œuvres à l’aspect plus figuratifs. En effet, de la même manière qu’il est possible de voir le Démiurge dans toutes les choses de la nature, l’Homme apparaît à travers toutes ses constructions. Ainsi, les œuvres du peintre allemand Emanuel Schulze, en tant qu’elles mettent en scène des éléments architecturaux, convoquent inévitablement l’humain, pourtant absent des environnements qu’il représente, et ce en dépit même de l’inhospitalité évidente de ces derniers.

Vorort, Emanuel Schulze

L'absence humaine occupe enfin une présence toute particulière dans les lieux que les humains ont désertés. La photographe anglaise Gina Soden a décidé de consacrer sa carrière à tous ces lieux abandonnés dont chaque pièce déserte est habitée par le souvenir d’un temps où elle était le théâtre de vies humaines. Véritables palimpsestes, ces lieux racontent l’histoire des humains qui se devine par leur absence.

 Villa Verde, Gina Soden 

Remonter