Introducing Sharon Brill

09 juin 2014

L’artiste Sharon Brill a fait de la porcelaine son matériau de prédilection. La surface nue et parfaitement lisse de ses sculptures nous entraîne dans un permanent va-et-vient entre l’intérieur et l’extérieur, le visible et l’invisible. Jusqu’à se faire l’écho de notre propre monde intérieur.

Reef (2013), Sharon Brill. porcelaine tournée, sablée et poncée, 15 cm × 30 cm × 29 cm.

Les sculptures de Sharon Brill portent en elles une apparente contradiction qui intrigue et fascine : leurs formes mouvementées traduisent une spontanéité du geste, une intuitivité que semblent contredire la netteté des surfaces et l’harmonie des volumes. Comme si ses pièces étaient à la fois le fruit d’une énergie débridée et d’un travail soumis aux exigences d’une recherche esthétique sans concession.

Et c’est effectivement de cette manière que l’artiste travaille : laissant dans un premier temps carte blanche à sa créativité, avant d’exercer son regard critique et de s’engager dans un travail méticuleux d’équilibrage et de finition.

Sharon Brill a vécu toute sa vie au bord de la mer et c’est dans cet univers qu’elle puise son inspiration : dans les formes dessinées par le vent sur le sable ou la surface de l’eau, dans les textures et les couleurs des coquillages ou des morceaux de récifs charriés par la marée, dans l’écume déposée par les vagues… C’est à partir de ce répertoire qu’elle crée ses étonnantes sculptures abstraites qui, le plus souvent, tiennent dans une paume ou le creux des deux mains : pour que l’on puisse les observer sous tous les angles et ressentir la sensualité de leur surface nue.

Cette surface mouvementée invite notre regard à plonger dans les plis et replis de la matière, de l’extérieur vers l’intérieur, de ce qui est visible vers ce qui reste caché. Chaque observateur peut y trouver un appel à l’introspection et la sculpture se mue alors en écran blanc sur lequel se projettent les images de notre monde intérieur.

Ci-dessous, quelques photos de l'atelier de Sharon Brill à Atlit (Israël).

 

 

 

 

 

Remonter